Portrait de la famille Rodier

Des entrepreneurs du domaine horticole depuis 3 générations.
La famille Rodier

La famille Rodier partage la même passion. (Source Paysages Rodier)

Les fleurs, les potagers et les jardins ont été omniprésents dans l’environnement familial qui a vu naître les deux époux Rodier. Jean-Pierre et Mireille, tous les deux natifs de la région maskoutaine, ne soupçonnaient pas que l’amour de leurs parents pour la nature, l’agriculture et l’horticulture allait les conduire vers un chemin commun.
Mireille admire les grands potagers et jardins de fleurs que sa mère élabore et entretient chaque été. Elle s’imprègne de la beauté et de l’embellissement que cela procure et du plaisir que cela suscite chez les visiteurs occasionnels de la ferme familiale. Elle est amoureuse des plantes.
Jean-Pierre vit dans un milieu où les plantes sont le gagne- pain familial. Henri-Claude, son père, est producteur séricole et Hélène, sa mère est fleuriste. Les fleurs, les potées fleuries et les annuelles produites par la famille sont la fierté de celle-ci et la joie de sa clientèle. Peut-il envisager sa vie sans cet amour pour les plantes? Bien sûr que non!
Les astres étaient donc bien alignés pour que Mireille et Jean-Pierre s’unissent : amour des plantes et de la beauté, fierté du travail bien fait et plaisir à partager leur passion commune avec les autres.

Après leurs études en 1980, les époux s’installent à St-Thomas d’Aquin, aujourd’hui St-Hyacinthe, et trois petits maskoutains voient le jour : l’aîné David, suivi de Dominic et la cadette Geneviève. Durant les premières années qui ont suivi la fondation et la mise sur pied de leur entreprise dénommée Paysages Rodier, les deux gestionnaires assument la plupart des tâches sans négliger la famille qui s’agrandit. Les enfants, comme leurs parents et grands-parents avant eux, sont initiés aux rudiments de la profession. Avec le temps, les rôles se sont précisés et les parents visionnaires ont progressivement impliqué leurs enfants dans l’entreprise.

Une passion parentale devenue un projet familial

Les parents ne souhaitent-ils pas que leurs enfants suivent leurs traces? Pour les parents Rodier, le souhait se réalise.
Un peu plus de 20 ans après avoir obtenu leurs diplômes de l’ITA Campus de St-Hyacinthe, Mireille et de Jean-Pierre encouragent leurs enfants à s’inscrire au programme PCHO (Paysage et Commercialisation en Horticulture Ornementale) .Les parents sont convaincus que cette formation est un tremplin vers la réussite de leur projet familial et de leur entreprise.

La famille Rodier

Geneviève Rodier récipiendaire du prix de la Technopole agroalimentaire St-Hyacinthe 2005, inaugure l’Éco-jardin 180o au Jardin Daniel A. Séguin. (Source : ITA St- Hyacinthe.)

Les enfants Rodier intéressés et motivés s’enrichissent du savoir de ce programme académique alors qu’ils possèdent déjà un peu de connaissances dans leur domaine au niveau du savoir-faire et du savoir-être. Habitués à participer et à travailler en équipe, ils s’investissent dans leurs études et dans les divers projets et stages exigés au cours de leur formation pratique.

Même si leurs parents récipiendaires de plus de quarante prix et mentions honorifiques dont les prestigieux honneurs de l’Association des paysagistes professionnels du Québec, la relève Rodier ne prend rien pour acquis. En 2005, à la fin de ses études, Geneviève se distingue en obtenant le prix Excellence de la Technopole Agroalimentaire. Il s’agit de la plus prestigieuse récompense remise chaque année au Gala des Méritas du Campus de St-Hyacinthe.
Les enfants Rodier devenus actionnaires de l’entreprise sont au coeur de l’action et de l’évolution des technologies horticoles. Le goût de l’innovation pousse les cinq actionnaires à continuer leur formation. Les parents fondateurs, à travers leur quotidien en pleine effervescence, s’inscrivent en formation continue en horticulture, en construction, en administration et en gestion des affaires.

David Rodier en stage en Australie. (Source :Paysages Rodier.)

David Rodier en stage en Australie. (Source :Paysages Rodier.)

David, l’aîné poursuit ses études en Architecture du paysage à l’Université de Montréal. Il effectue une session de stage de six mois à l’Université d’Adélaïde en Australie. Dominic parfait ses études en administration au HEC de Montréal et en Entrepreneurship en Beauce. Geneviève poursuit en agronomie et en administration à l’Université Laval.
La maturité de l’entreprise familiale, l’expérience, les compétences et les savoirs diversifiés de ses membres ouvrent les horizons de Paysages Rodier et du nouveau- né Gestion Rodier.
Un projet familial devenu entreprises et mode de vie
Un proverbe dit : « on ne peut donner que deux choses à ses enfants, des racines et des ailes. » Certes, ce conseil d’expérience et de sagesse a été entendu par les parents Rodier.

La famille Rodier

Mireille Dion-Rodier et Jean-Pierre Rodier, récipiendaires du Grand Prix de la Gestion des Ressources Humaines au Gala des Affaires 2005. (Source : Paysages Rodier.)

Les enfants sont devenus partenaires et les valeurs familiales demeurent le fondement de leurs actions et de leurs projets; respect de soi et des autres, confiance en soi et aux autres et écoute de soi et des autres. C’est d’ailleurs ces valeurs qui méritent à Paysages Rodier le Grand Prix de la Gestion des Ressources Humaines remis à l’entreprise s’étant la plus distinguée dans sa vision de la gestion de ses ressources humaines. Au cours des trente dernières années, près de cinquante employés ont investi les rangs de la brigade Rodier qui s’est enrichie de leurs compétences, de leur savoir-faire et de leur engagement. Cette équipe rappelle que l’excellence est autant le résultat de l’effort de tous, du talent de chacun, du dépassement et de la passion. La gestion est ouverte, on canalise les bonnes idées et on délègue les pouvoirs.

Paysage Rodier

Paysage Rodier

Les services de Paysages Rodier se sont également étendus et complètent l’axe de départ; l’architecture du paysage, la conception des aménagements et la réalisation de ceux-ci sont le centre autour duquel gravitent des expertises complémentaires mises de l’avant par les enfants partenaires :

Gestion Rodier

Gestion Rodier

Dominic et Geneviève, assurent l’envol de Gestion Rodier qui offre les services de constructions résidentielle et commerciale, fait du développement immobilier et offre la gestion de projets clé en main.

Garagebox.ca

Garagebox.ca

David lance Garage Box, un site web de vente et de projets d’aménagement intérieur de garages résidentiel et commercial.
Les préoccupations environnementales et l’engagement social dans le contexte du développement durable se sont naturellement introduits au sein du clan Rodier.

La famille Rodier

Dominic et Geneviève Rodier, Projet immobilier du Club de Golf La Providence. ( Source : Le Courrier de St-Hyacinthe.)

Déjà reconnus pour leur contribution exceptionnelle à l’évolution de l’industrie de l’Horticulture Ornementale du Québec en recevant entre autres, l’Ordre du Mérite Agricole, Commandeur du très Grand Mérite Spécial, Jean-Pierre et Mireille sont sensibles aux enjeux qui se dessinent. Les trois piliers du développement durable, c’est-à-dire le progrès économique, la justice sociale et la préservation de l’environnement sont parties intégrantes du processus décisionnel de l’entreprise et les projets sont réalisés en tentant une conciliation de tous ces éléments. Concrètement la famille Rodier s’est donnée comme mission de valoriser l’environnement et de rehausser l’esthétique et la fonctionnalité des milieux habitables.

Sur le plan social et professionnel, la contribution du clan Rodier n’est pas négligeable. Jean-Pierre a, entre autres, présidé divers comités. Par exemple, à titre de président du comité de Santé Sécurité de l’industrie Horticole Ornementale du Québec, il a contribué à l’élaboration du plan de santé et de sécurité qui demeure la référence pour l’industrie horticole ornementale. Durant son mandat à la présidence de la Fédération Interdisciplinaire de l’Horticulture Ornementale du Québec (FIHOQ), il a défendu avec coeur la pertinence de la création du Jardin Daniel A. Séguin auprès du Ministre de l’Agriculture de l’époque. La première pelletée de terre qui marqua le début du chantier en face de l’ITA de St-Hyacinthe en 1989 fut la concrétisation de sa démarche.

Le premier coup de pelle au Jardin D.A. Séguin par monsieur Daniel. A Séguin et- Jean-Pierre Rodier. (Source ITA St-Hyacinthe.)

Le premier coup de pelle au Jardin D.A. Séguin par monsieur Daniel. A Séguin et- Jean-Pierre Rodier. (Source ITA St-Hyacinthe.)

Le premier coup de pelle au Jardin D.A. Séguin par monsieur Daniel. A Séguin et- Jean-Pierre Rodier. (Source ITA St-Hyacinthe.)
David l’aîné, participe à titre de représentant des employeurs à HortiCompétences, un comité sectoriel de main-d’oeuvre pour le secteur de l’horticulture ornementale : commercialisation et service, qui a pour mission d’accroître l’efficacité, la rentabilité et la compétitivité des entreprises de son secteur en misant sur une gestion performante des ressources humaines.
La propension à l’engagement a conduit les Rodier à s’investir, sur le plan communautaire, dans le dossier des gaz de schiste, un dossier chaud dans la Montérégie. Jean-Pierre s’applique à sensibiliser et à convaincre plusieurs agriculteurs de la région maskoutaine des impacts environnementaux et financiers des forages projetés sur les terres agricoles.
Ces actions sociales, communautaires et environnementales ne sont pas étrangères aux valeurs familiales et au mode de vie qu’ils adoptent.
Que font les Rodier pendant les vacances? Ils voyagent et visitent des lieux historiques et des jardins afin de s’imprégner de leur beauté et de leur histoire. Leur passion est toujours présente pour les fleurs et les aménagements horticoles; l’oeil des architectes paysagers est toujours aux
aguets. L’horticulture et le plaisir que procure le développement des affaires et de leurs entreprises sont pour eux, un véritable mode de vie.

Un témoignage en faveur de l’ITA Campus de St-Hyacinthe

La famille Jean-Pierre Rodier et Mireille Dion-Rodier et leurs enfants David, Dominic et Geneviève reconnaissent que : ‘’ l’ITA a été un tremplin et une plaque tournante pour le développement de nos carrières.’’ L’ouverture vers de nouveaux horizons en horticulture ornementale ainsi que la sensibilisation aux différentes facettes du domaine et du métier ainsi qu’au potentiel de réalisation personnelle exercent toujours leurs attraits chez cette famille unie et dynamique.