Angèle Grégoire a vécu sa jeunesse sur la ferme familiale de Saint-Esprit dans Lanaudière. En 1981, elle s’inscrit à l’ITA de Saint-Hyacinthe et obtient son diplôme en technologie alimentaire en 1984. Friande de connaissances, elle obtient un diplôme universitaire en agroéconomie de l’Université McGill en 1990.

Après quelques emplois en agroéconomie ou dans des laboratoires de grandes compagnies, elle ressent le besoin d’élargir ses horizons.

L’achat de la ferme des parents de Jean Martin, son mari, aussi finissant de l’ITA en génie rural, offre des opportunités : deux poulaillers inexploités. Elle rêve d’un élevage naturel.

Elle fonce dans l’aventure de la transformation, motivée par l’engouement naissant des Québécois pour la traçabilité de leurs aliments.

Son mari Jean conserve son emploi comme représentant de produits de drainage agricole tout en s’occupant de l’entretien des poulaillers matin­­ et soir.

Les débuts

À la production de poulets s’est ajoutée celle de dindons, de canards et de pintades. L’élevage des pintades a été abandonnée depuis.

Pendant 6 ans, elle a aussi élevé des volailles biologiques. Mais comme bien d’autres éleveurs, elle a dû renoncer à la certification, la moulée bio coûtant trop cher. Il y a une limite dans la capacité des gens voulant payer pour du bio.

Elle est fière d’offrir à sa clientèle un vrai poulet authentique, viandeux et goûteux comme autrefois, élevé sans médicaments, ni antibiotiques­­ et sans gras ajouté.

La recette de son succès

La recette de sa réussite repose sur trois ingrédients de base : l’accueil du client, la recherche de nouveaux produits et une approche marketing dynamique.

Elle développe dans son atelier attenant à sa boutique différents produits : pâtés, tourtières, saucisses, burgers , viandes marinées, ragoût, pain de viande, terrines, creton de volailles, rillettes, mousse de foie de canard, jambonneau de dinde fumée, saucisses à hot dog au poulet et suprême de canard fumé au bois d’érable, pilons de dinde confits et cuisses de canard confites, smoked meat de dinde, côtes-levées fumées.

Plus de 80 produits dont toujours des nouveautés à offrir aux clients; ça les incite à revenir régulièrement.

Elle se fait un devoir de bien accueillir la clientèle. De temps en temps, elle enlève son tablier pour saluer les nombreux clients dans sa boutique, située juste à côté. Cette boutique, c’est en fait l’ancienne cuisinette d’été de la maison familiale centenaire des Martin.

Angèle est aussi préoccupée par la mise en marché et la recherche de moyens pour attirer les consommateurs. Elle a rapidement adhéré au réseau: Les chemins de campagne, un regroupement d’exploitations agrotouristiques de Lanaudière, voué à la promotion des produits du terroir et des attraits touristiques régionaux. Elle a aussi siégé quelques années sur le CDBL (Conseil de Développement Bioalimentaire de Lanaudière)

Un nouveau bâtiment alliant le confort animal avec enclos extérieur et vitrine d’observation a été construit en 2017. Une mini-ferme avec Bozo le cheval miniature et Cézar le coq peuvent faire d’une visite à la boucherie, une sortie familiale à la ferme.

En 2021, elle investit dans des équipements de haute technologie pour améliorer constamment la productivité et la qualité des produits.

Angèle Grégoire peut se vanter d’avoir relevé avec brio le défi de la transformation de sa production de volailles.

Bernard Arpin dta 1972